0
Interviews

Interview en Véganie #4 – Eddy

avril 21, 2020
manger vegan

Eddy est un amoureux des animaux, coach sportif, qui partage sa vie entre la France et Bali et mange végétal.

Est-ce que je viens de spoiler tout l’article ?

C’est un résumé bien périlleux, car il y a beaucoup plus de choses à savoir sur Eddy 😉

Par exemple, il s’est récemment démarqué sur Instagram avec une recette de tofu brouillé hyper simple que je vous invite à essayer. 

Je suis ravie qu’il ai trouvé le temps de partager avec moi sa vision du véganisme, et qu’il nous explique un peu sa démarche. 

Voici l’histoire d’Eddy : 

Peux-tu décrire ton parcours ?

J’ai 26 ans, j’habite l’Est de la France. Actuellement, j’essaye de m’installer à Bali pour y vivre la moitié de l’année, puis revenir en France l’autre moitié.

A la base je suis coach sportif. J’ai fait pas mal de choses : de la moto cross en compétition, des sports de combats… Mais qui ne me servent plus vraiment aujourd’hui. J’ai toujours été passionné par le corps humain : savoir comment on fonctionne, ce qu’il se passe quand on mange telle ou telle chose. Je suis vraiment curieux de comprendre ces sujets.

Avant, j’avais un régime tout ce qu’il y a de plus normal. Ça fait 5 ans que je fais de la musculation et du sport. J’avais un régime alimentaire basique de sportif. C’est-à-dire beaucoup de protéines animales, beaucoup de glucides, beaucoup de lipides.

Et très peu de légumes et très peu de fruits étant donné que ça rempli l’estomac et que l’objectif était de manger principalement des glucides et de protéines.

Depuis deux ans maintenant, je suis vegan. J’ai radicalement changé ma manière de manger, les quantités, les apports etc. J’ai tout changé.

Depuis quand et pourquoi as-tu décidé de devenir vegan ?

J’ai donc décidé de devenir vegan il y a deux ans en arrière, quand j’ai voyagé en Australie. J’avais déjà l’idée en tête depuis quelques temps car j’ai toujours été profondément amoureux des animaux. Je ne supportais pas de voir les vidéos qu’on voit tous passer sur les abattoirs, mais je n’étais pas allé assez loin dans mes convictions pour arrêter d’en manger.

La partie sportive de ma vie prenait le dessus car il me fallait des protéines. A un moment je me suis dit « si tu les aimes, arrête de les manger pour de bon ».

C’est à cette période que j’ai rencontré un petit groupe d’activistes qui diffusait des images d’abattoir dans la rue que j’avais déjà vues. Ce moment m’a servi de déclic ! C’était la petite goutte en plus.

Pourtant, je n’arrêtais de répéter « mais comment je fais pour les protéines ? », « mais je fais du sport… ». L’un des activistes me montrait des images de sportifs vegans très en forme. Je lui ai demandé « mais comment je fais pour arrêter ? »

Et il m’a répondu : « Comment tu fais ? Tu arrêtes d’en acheter ».

J’ai réalisé que c’était aussi simple que ça. C’est tellement bête à dire. Mais si tu veux arrêter de fumer, tu arrêtes d’en acheter … Après tu dois faire le job mentalement, mais c’est déjà en route. J’ai donc arrêté dès le lendemain. Depuis, je n’en ai plus jamais mangé. Dans des situations bien particulières, ça m’est arrivé de réessayer deux ou trois fois, dans les mois qui ont suivi le moment où j’ai arrêté.

Mais depuis an et demi, j’ai arrêté complètement et je ne pourrais plus. Ça me dégoute. De mon point de vue, ce serait comme manger un humain.

Avant même de parler de santé, ou de causes environnementales, qui sont quand même deux piliers, si je devais choisir un élément qui m’a poussé, vraiment ce sont les animaux.

Je ne peux plus envisager de les manger, rien que d’y penser … enfin, tu as compris l’idée, c’est pour les animaux avant tout.

As-tu été influencé ? Par qui ou par quoi ?

C’est cette rencontre donc qui m’a influencé. J’avais déjà l’idée en tête mais ça a été le petit plus qui m’a permis de passer à l’action.

Quel est ton ressenti depuis que tu as arrêté les produits d’origine animale ?

Le ressenti a été assez simple à constater étant donné que je faisais déjà du sport. J’avais une hygiène de vie très saine, même si je mangeais encore des animaux, tout était très sain, très calculé, très ordonné.

Dès que je changeais quelque chose dans mon alimentation ou dans mon hygiène de vie, je pouvais constater les répercussions que ça pouvait engendrer sur mon entrainement.

Donc quand je me suis mis à manger végétal, j’ai vu clairement la différence dans mes entrainements : je récupérais mieux physiquement donc j’arrivais à faire plus de volume d’entrainements, je m’oxygénais mieux j’avais donc une meilleure endurance, j’avais une meilleure digestion, j’étais moins fatigué!

Ça a changé mon quotidien, car quand tu as une meilleure forme générale, tu es plus performant. C’était flagrant.

Tu vis à l’étranger : est-ce que c’est simple de trouver de la nourriture vegan ?

Mis à part en Asie ou c’était un peu plus compliqué, dans les voyages que j’ai fait tout est accessible.

En Australie ils sont très en avance sur la nourriture vegane, donc c’était très facile d’en trouver. Là où je suis actuellement, à Bali, je crois que c’est la terre promise. Il y a des restaurants vegans partout. Même dans les restaurants qui ne sont pas vegans il y a toujours une partie de la carte qui propose des options qui nous sont destinées.

C’est au final beaucoup plus facile qu’en France, même si ça se démocratise un petit peu et qu’on arrive à trouver de plus en plus de produits dans les magasins.

As-tu des frustrations alimentaires ?

En toute honnêteté, je n’ai aucune frustration alimentaire car j’arrive à « remplacer », ou du moins à retrouver les mêmes plaisirs. J’étais un fan de fromage. Dans la région d’où je viens, on en mange beaucoup. Maintenant, j’ai des recettes pour faire du fromage vegan et je me régale.

Mon palais a changé. J’ai découvert de nouvelles saveurs. Je mange des choses que je n’aurais pas considérées auparavant. J’ai découvert des gouts, et je suis sûr qu’à l’époque où je mangeais de la viande, si j’avais gouté je n’aurais pas aimé.

Mais maintenant, après avoir essayé plein de nouvelles choses, je me régale avec certains aliments, même plus qu’avant lorsque je mangeais du fromage.

Quelle est ta position face aux personnes qui ont des régimes omnivores ?

Ma position est assez simple. Déjà, je respecte.

Je reste bienveillant car j’ai mangé de la viande aussi, je ne peux blâmer personne. J’essaye de comprendre où ils en sont dans leurs évolutions personnelles, et comprendre sur quel chemin ils sont. S’ils sont complètement fermés à l’idée de manger végétal. Ou peut-être s’ils sont sensibles à la souffrance animale. S’ils sont sensibles à l’environnement…?

En fonction de leur état d’esprit, si le débat est possible et si on peut discuter, je m’en fais toujours un plaisir. Beaucoup sont aussi dans la désinformation. Malheureusement, c’est contradictoire : on est sur-informé dans notre monde, mais il y a de vraies lacunes sur des sujets importants.

Si je peux les informer car ils ont envie de savoir, de connaitre, j’aime bien partager mes connaissances. Je pourrais peut-être les faire changer, car je me dis toujours que rien n’est jamais figé. Je reste bienveillant et avec le sourire quoi qu’il arrive. Il faut être dans un bon état d’esprit.

vegan pour les animaux

As-tu déjà eu des problèmes de santé liés à ton alimentation ?

Je n’ai jamais eu de problème de santé via mon alimentation végétale.

Par contre, à l’époque où je mangeais des protéines animales, je commençais à régresser. J’avais des signes physiques assez négatifs. J’avais beaucoup d’acidité alors que j’essayais de basifier mon alimentation au maximum. Je perdais du poids alors que je m’entrainais et que je mangeais beaucoup. Ce n’étais pas normal. En fait, je n’assimilais plus bien.

Ce n’était pas des problèmes de santé, mais j’étais en moins bonne forme lorsque je consommais des produits d’origine animale que maintenant.

C’est clairement l’alimentation végétale qui a résolu les problèmes d’acidité : meilleure microbiote (définition : Ensemble des bactéries, virus et levures vivant dans un milieu déterminé – Le microbiote intestinal de l’homme est composé d’environ 100 000 milliards de micro-organismes), donc meilleure assimilation et absorption des micronutriments et des macronutriments, meilleure récupération, moins de fatigue et donc.meilleure forme générale

As-tu des conseils pour ceux qui voudraient se lancer ?

Sur les réseaux sociaux, il existe du bon contenu et de bonnes personnes inspirantes qui expliquent les procédés. Comment manger, comment s’orienter, quels produits acheter en magasin, comment avoir les bons réflexes au quotidien à la fois dans son assiette, avec les gens au supermarché etc. Donc on peut s’inspirer de ces gens là.

Puis je pense que c’est bien de se fixer des objectifs et de le faire par étape. Par exemple, commencer par le petit déjeuner : tous les matins je retire les œufs, je les remplace par autre chose. La semaine d’après, je ferai deux repas végétaux par jour… Ainsi de suite jusqu’à atteindre 100%.

Le faire pas à pas. Intégrer progressivement de nouveaux aliments.

Pourquoi es-tu devenu vegan et non pas végétarien ?

Les gens associent souvent le veganisme à de « l’extrêmisme ». Je pense que je suis simplement allé plus loin dans la réflexion.

On sait que pour faire du lait de vache, il faut l’inséminer, lui retirer le veau dès qu’il nait, et souvent il part à l’abattoir pour être destiné à l’industrie de la viande. Une fois qu’elle ne produit plus assez de lait, on l’insémine à nouveau, on reprend son veau. Ainsi de suite. On fait ça pendant à peu près cinq ans, puis comme elle n’est plus assez productive, elle part également à l’abattoir alors qu’elle aurait pu vivre 20 ans.

On lui tire quatre fois plus de lait dans sa vie que ce qu’elle aurait donné dans un environnement naturel. C’est complètement honteux. Donc pour moi, pas de lait ni de produits laitiers.

C’est la même histoire pour les œufs et les poules.

En ce qui concerne le poisson c’est tout simplement comme la viande, c’est un animal, donc c’est un être sensible.

Je bannis tout ce qui concerne l’exploitation animale au sens large.

Pour moi, végétarien c’est un premier pas, mais si tu poursuis tes recherches et ta logique, tu deviens automatiquement vegan.

Te catégorises-tu comme militant de la cause animale ?

Je ne me catégorise pas comme militant. En général, j’ai du mal à dire que je suis vegan car je n’aime pas qu’on me catégorise. En fin de compte, je me bats pour quelque chose qu’on finira par tous comprendre et un jour on se battra tous pour ça.

Il ne faut pas que notre alimentation nous divise.

Nous sommes tous sensibles à notre futur, nous sommes tous concernés par notre futur.

Et il est directement lié aux animaux, à la planète, à l’alimentation.

C’est pour ça que je ne me considère pas comme militant, mais il est clair que c’est grâce à l’alimentation végétale qu’on arrivera à créer une situation saine sur terre.

En changeant profondément notre manière de consommer et de produire.

Donc je ne suis pas forcément militant, après, je signe quand même des pétitions pour la fermeture des abattoirs, j’ai déjà fait des manifestations pour la planète, pour les animaux…

Est-ce que tu as une anecdote à raconter, depuis que tu manges végétal?

Je suis resté en contact avec la personne qui m’a donné le déclic. Il est super content et super fier. C’est grâce à lui que je suis devenu vegan. Il est bénévole, et sa plus grande récompense, c’est de constater que des gens comme moi sont devenus vegans grâce à des gens comme lui.

Peut-être que moi-même je parviendrais à donner un déclic à quelqu’un, qui donnera ce déclic à d’autres personnes.

C’est comme ça que les choses changent.

Ça ne sert à rien d’attendre le changement, les autres c’est nous. Nous sommes tous concernés. Nous amenons tous notre petite pierre à l’édifice.

Que penses-tu de l’initiative Mélanie en Véganie ?

Je pense que cette initiative est très honorable et c’est pour ça que j’ai accepté l’interview même si je suis un peu débordé en ce moment. J’apprécie le geste : comme je l’ai déjà dit, nous sommes tous concernés et la cause est noble. Je salue tout ce qui va dans ce sens-là, et je t’encourage à continuer.

Grace à ce genre de projets nous aurons plus de portée.

 

Merci Eddy!! 

Cet article vous a plu, vous souhaitez aller plus loin? 

 

Tu as lu l’article sur Eddy jusqu’ici?

C’est que ce sujet t’intéresse surement!

Je développe un projet d’email pour les personnes comme toi.

J’aimerai réussir à partager de la valeur en envoyant régulièrement du contenu.

Des recettes, des tutos, des découvertes et des interviews de personnes inspirantes… 

Tout ça va prendre forme dans les prochaines semaines. Tu veux faire partie des premiers à rejoindre le projet?

Je pense que tout ça n’est que le début d’une superbe aventure culinaire, éthique, environnementale, créative… humaine après tout.

Rien ne nous réunit plus que nos repas partagés et nos choix éthiques. Alors? Tu embarques avec moi?

Rejoindre les emails privés de Mélanie en Véganie

* indicates required


You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :