Interviews

Interview en Véganie #7 – Sophie

mai 19, 2020
interview en véganie - sophie - pescétarienne

Aujourd’hui, je suis allée interroger Sophie.

Il me semble important que tout le monde comprenne que ce n’est pas « les vegans contre les autres ».

Mais que plein de personnes ont conscience qu’il est nécessaire de repenser l’alimentation.

On peut être fléxitarien, pescétarien, végétarien, végétalien… 

Chacun ses étapes, chacun s’adapte comme il peut et c’est super! Merci Sophie pour ton témoignage :

Quel est ton régime alimentaire?

Je suis pescetarienne. J’essai au maximum de consommer local, de saison et non transformé.

Depuis combien de temps es-tu pescétarienne?

J’ai arrêté de manger de la viande il y a 7 ans.

Y a t-il eu une évolution progressive, ou un changement radical?

J’ai progressivement diminué ma consommation de viande, puis un jour j’ai décidé de ne plus du tout en manger.

Sans me mettre de pression, c’était juste un test envers moi même. 

Je voulais expérimenter ce régime alimentaire et voir s’il me convenait et s’il allait m’apporter du positif.

Je ne me suis pas mise d’échéance mais à cette période là je savais que je pouvais revenir en arrière.

Maintenant je suis convaincue que je ne ferai pas marche arrière.

Je suis heureuse d’avoir pris cette décision malgré les regards de mes proches qui, au départ, ont vu ça comme une extravagance et ne m’ont pas trop prise au sérieux.

J’ai pris cette décision pour des raisons de santé, de bien-être animal et d’écologie.

Je commence à avoir les mêmes interrogations pour les œufs, les poissons, les produits laitiers vis à vis de la cause animale et de la planète.

Pour le moment ma solution est de consommer local. Les exploitations sont plus petites, en général plus respectueuses des animaux et je participe au maintient de l’économie locale.

Grace à ton blog Mélanie j’ai découvert que j’applique la loi du Pareto.

Y a-t’il des contre indications selon toi?

Il n’y a aucune contre indication au régime péscetarien. C’est au contraire un bon model alimentaire.

La contre indication est plutôt envers les produits industriels transformés, ou les viandes mal cuites qui nuisent clairement à la santé et sont la cause d’un nombre incommensurable de morts.

Est-ce que tu as connaissances de données scientifiques et nutritionnelles qui préconisent un régime particulier?

C’est maintenant reconnu par les professionnels de santé qu’il est nécessaire de maitriser sa consommation en viande rouge. C’est en particulier à cause de la forte présence en acides gras saturés car ils sont incriminés dans la survenue de cancers, maladies cardiovasculaires et dégénérescences de tous ordres.

Il y a divers sujets de carences qu’il faut prendre en compte selon le mode alimentaire et le stade de la vie.

Par exemple, le régime pescetarien apporte avec les petits poissons gras les quantités en oméga 3 (dont DHA) suffisante et nécessaire au fonctionnement du système nerveux.

Même si leur consommation est importante tout au long de la vie, il y a des moments de la vie où ils sont absolument nécessaires.

En particulier chez la femme enceinte- allaitante, et pour les enfants.

Dans un régime végétarien, ces apports peuvent être remplacé par des compléments alimentaires issus des algues. Je conseille vivement d’avoir recours à des compléments alimentaire pour les personnes végétariennes.

Pour le régime vegan, d’autre points sensibles sont à prendre en compte.

Y a t-il des effets positifs à ton changement d’alimentation?

Psychologiquement je me sens libérée d’un poids. Je suis plus en paix avec moi même.

Manger des animaux terrestres me faisait du mal. Même si je continue à manger des animaux marins, je me dis que c’est déjà ça.

D’un point de vue physique, j’ai vu une radicale diminution de mes migraines. Je ne l’explique pas, mais depuis que j’ai totalement arrêté la viande, je n’en ai plus.

Ce changement implique une certaine remise en question de notre mode de vie.

Je m’intéresse de plus en plus à notre impact sur la Terre. Il est démontré que le régime omnivore est plus polluant à tous les égards.

En résumé il y a trois grands volets impactés positivement par l’arrêt de la consommation de viande: la santé, la cause animale, l’écologie.

sophie pescétarienne - interview en véganie

Qu’as tu gagné et perdu en devenant péscétarienne ?

J’ai gagné le fait de voir évoluer la vision de mes proches, amis et famille, qui prennent consciences que manger un animal n’est pas un acte aussi banal qu’il n’y paraît.

Même s’ils n’ont pas arrêté d’en manger, leur consommation me semble plus raisonnée et je suis fière d’eux !

J’ai perdu mon insouciance quand j’ai découvert ce qu’il se passait derrière les portes des abattoirs.

Ou encore l’impact de l’élevage et de l’agriculture intensifs en France et ailleurs dans le monde sur la faune, la flore et sur l’esclavagisme humain qu’impliquent ces productions.

Je n’oublie pas le monde marin qui souffre aussi beaucoup. Quand je mange un poisson, j’ai conscience qu’un animal est mort pour que je mange.

J’ai gagné une grande prise de conscience sur mon alimentation au sens large.

Maintenant, quand je fais les courses je me soucis de l’origine de ce que j’achète, son éventuel emballage, sa saisonnalité.

Que penses tu du régime vegan ?

 Pour ma part, un régime 100% végan est trop dur sur trop de points, en tout cas pour le moment.

Peut-être (surement) que mon mode alimentaire évoluera dans le futur.

Je pense que l’on peut consommer de manière un peu plus raisonnée certains produits d’origine animale.

Le régime végan peut convenir à certaines personnes mais pas à tout le monde.

Il faut être réaliste, les personnes qui mangent de la viande deux fois par jour n’arrêteront pas d’en manger. C’est utopique de vouloir un monde 100% végan.

Il est plus faisable et plus judicieux de raisonner et de limiter la consommation de produits animaux sur l’ensemble de la population.

Je n’aime pas l’idée qu’il y ait les « végans contre le reste du monde ».

Nous cohabitons tous sur la même planète, il faut que tout le monde y trouve son compte en la respectant du mieux que possible.

Quelle est ta position face aux personnes qui continuent de manger de la viande ?

La consommation de viande « industrielle » est clairement à proscrire.

Comment peut on imaginer que manger un animal qui n’a jamais vu le soleil, a été bourré d’antibiotiques, a souffert toute sa vie et est mort dans des conditions abominables peut être positif? 

C’est uniquement bénéfique aux industries pour qui c’est lucratif. C’est tout.

Je ne blâme pas les personnes qui consomment de la viande, j’essaie de leur faire prendre conscience que ce produit doit être respecté, donc consommer avec modération.  Mais surtout qu’il est indispensable de consommer de la « bonne viande ».

C’est très dur pour moi de dire cela vu que j’ai décidé de ne plus en manger. C’est surtout dur de demander un steak au boucher et j’ai horreur de ça mais c’est déjà amener les omnivores sur une meilleure voie.

Il est également absolument nécessaire de revoir certaines de nos coutumes comme par exemple la consommation de foie gras.

Au cour de l’évolution de l’espèce humaine, l’organe qui a le plus progressé est le cerveau. C’est en parti grâce à la diversification de l’alimentation. L’homme est une espèce omnivore, je ne peux pas le nier.

Mais les ratios viande/végétaux n’étaient pas ceux qu’ils sont devenus aujourd’hui. Et les animaux n’étaient pas maltraités !

La consommation de viande est devenue trop importante et est clairement néfaste à la santé.

On devrait s’inspirer du modèle alimentaire de l’homme cueilleur / pécheur/ chasseur qui est plus en harmonie avec notre physiologie tout en respectant la Nature.

As-tu déjà eu des carences ? Prends tu des compléments alimentaires ?

Je n’ai jamais fait d’investigation en ce sens. C’est une aberration de dire « j’ai fait une prise de sang, c’est bon je n’ai pas de carence ». C’est une question bien trop vaste. Une simple analyse de la formule sanguine ne nous dira pas si une personne est carencée.

Par contre on peut faire une réelle investigation auprès d’un professionnel de santé averti, comme un micronutritioniste qui peut prescrire des analyses orientées pour déceler une carence. C’est un investissement financier car ce n’est pas pris en charge par l’assurance maladie. Suite à cette investigation, le praticien peut proposer un rééquilibrage alimentaire et si besoin la prise de complément alimentaire.

Je suis convaincue que si carence il y a, c’est à cause de l’appauvrissement général en nutriments de nos aliments. En particulier à cause de l’appauvrissement des sols et d’une agriculture sous serre qui impose une croissance fruits et légumes trop rapide, sans leur laisser le temps de se gorger en micronutriments.

A ma connaissance, il n’y a jamais eu de carence qui incrimine directement le régime péscetarien.

Ce qui, on doit l’admettre, n’est pas le cas pour le régime vegan strict s’il n’est pas supplémenté.

Je ne prends pas de complément alimentaire, un peu par flegme j’avoue… quand j’y pense je prends du magnésium et de la vitamine D car leur carence est assez généralisé dans la population.

Comment gères-tu l’alimentation de ta famille ?

J’aime faire la cuisine, donc c’est moi qui gère les repas et les courses. Je ne cuisine pas de viande. Je n’interdis et n’impose rien à personne. Si mon compagnon veut de la viande, je la choisis du mieux que possible.

Plus jamais de jambon à la couleur douteuse, escalope sous vide ou encore steak à 30 centimes pièce.

Je préfère aller moi même acheter un « vrai » morceau de viande et sensibiliser le plus possible mon entourage plutôt que de voir mes proches continuer à manger ce genre de produits.

Mon job s’arrête là, celui qui veut son morceau de steak se le cuit lui-même.

Donc à la maison c’est à 99% péscetarien, quand on est à l’extérieur chacun fait ce qu’il veut.

Je m’aperçois au fil du temps que les personnes proches de moi changent et c’est plutôt positif.

J’ai deux filles. Une qui a 3 ans, qui mange comme nous. Si elle le souhaite elle peut manger de la viande mais ce n’est pas moi qui vais lui proposer. Elle en mange donc très très peu.

J’ai une deuxième fille qui a 6 mois. J’avoue qu’avoir arrêté de manger de la viande a été le point de départ d’une plus grande réflexion sur notre alimentation en général. L’allaitement est venu comme une évidence dans notre mode de vie, et ce bien au delà des 3 mois socialement acceptés.

Là encore je ne blâme personne, surtout pas les mamans qui n’allaitent pas ou peu de temps. Les laits maternisés ne remplaceront jamais le lait maternel. La liste d’ingrédient longue comme le bras est indéchiffrable. Très souvent un des premiers ingrédient est l’huile de palme…. Sa présence dans le Nutella fait bondir tout le monde mais par contre c’est silence radio quant à son incorporation dans les poudres destinées aux nourrissons qui boivent du lait tous le jours.

(Qui mange un pot de Nutella tous les 3 jours ? Cette hypocrisie m’hérisse les poils !)

Pour en revenir à l’allaitement je n’y vois que des avantages. Parfaitement adapté aux besoins nutritionnels du bébé.

Diminue les risques d’allergie, d’infection, de diabète, de problème dentaire, de digestions….. la liste est trop longue pour que je m’y attarde ici.

Il est également très bénéfique à la santé de la maman.

De plus, c’est direct du producteur au consommateur, donc pas d’emballage/ de pollution. Toujours prêt à l’emploi. Et en plus c’est économique ! Que demander de plus ? 😉

Vous l’aurez compris je trouve que l’allaitement est une étape merveilleuse de la vie. Il devrait être poursuivi aussi longtemps que le bébé et la maman en ressentent le besoin et y trouvent leur compte.

Il faut savoir s’écouter, se faire confiance et renouer avec notre instinct car, que ça plaise ou non, nous sommes des animaux mammifères.

Je trouve vraiment dommage que la société et la politique ne favorisent pas l’allaitement.

Penses-tu qu’on peut grandir sainement sans protéines animales ?

Clairement non. Sans œufs, petits poissons gras riches en oméga 3, je pense que ce n’est du tout raisonnable, au contraire. 

Ce ne sont pas les apports en protéines qui me semblent poser problème dans un régime sans protéine animale, mais plutôt les apports en certains micronutriments.

Quid des produits laitiers ? J’ai choisi d’allaiter 

 Pourrais tu remanger de la viande?  Est-ce que ça te manque ?

Jamais.

Ca ne me manque pas du tout. Même les substituts à la viande, fausses saucisses et autres ne m’attirent pas.

J’aime la cuisine simple. J’entends par là non raffinée et non industrielle.

Par contre une assiette pleine de couleur et débordante saveurs me fera saliver !!!!

 

Le petit mot de la fin :

Merci Mélanie d’avoir pensé à moi pour cette interview. J’en suis très honorée.

D’autant plus que nous n’avons pas tout à fait le même régime alimentaire.

Le respect et la bienveillance sont deux valeurs très importantes et elles font partie de toi.

Bravo à toi pour ce beau blog et vive Mélanie en Véganie

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :